Piège Mortel
Sidney Brown est un auteur de pièces policières en panne d'inspiration. Il lui faut un succès à tout prix. Il reçoit Piège Mortel, la pièce d'un jeune auteur, un triomphe assuré. Jusqu'où Sidney sera-t-il prêt à aller pour mettre la main dessus, lui qui a passé sa vie à imaginer des meurtres et des intrigues ?
4.0JUBILATOIRE

Tâche ardue que de rédiger la critique de ce déroutant Piège Mortel proposé par le Théâtre La Bruyère sans en dévoiler trop. Car pour ménager la surprise – et le plaisir –  des spectateurs, il est préférable de ne RIEN révéler. Si ce n’est qu’une fois le piège lancé c’est une succession de rebondissements plutôt efficaces qui se succèdent dans une atmosphère angoissante, le tout mis en scène par Eric METAYER dans un décor magnifique. On a clairement affaire à une production de qualité ! Laissez vous donc piéger, foi de spectateur averti vous passerez une agréable (et mortelle) soirée.

UN POTAGE AUX MILLES SAVEURS

Sidney Brown est un auteur de pièces à succès qui se confronte au syndrôme de la page blanche. Un jeu auteur lui envoie le manuscrit d’une pièce dont Sydney sent qu’il a le potentiel pour être un succès… Voilà pour l’intrigue de départ, le reste est à découvrir. On dit souvent que c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes : le goût de cette soupe-ci est surprenante, veloutée et pimentée à souhait ! Il s’agit d’une nouvelle adaptation de la pièce Deathtrap de Ira LEVIN (créée en 1978 et auréolée de nombreux récompenses à Broadway) signée Gérald SIBLEYRAS qui, je crois comprendre, prend quelques libertés avec la pièce d’origine. Pour autant la mécanique semble respecter : une pièce en deux actes dans un décor unique avec cinq personnages. Et des rebondissements en cascades qui vous font sursauter sur votre siège (et croyez moi je suis du genre stoïque habituellement).

Coups de théâtre sur coups de théâtre disais-je, certains peinant néanmoins à trouver le juste équilibre entre crédibilité et surenchère… De fait il faut avoir l’esprit ouvert pour les apprécier à leur juste valeur ! La mise en scène rythmée et survoltée de METAYER tend aussi à souligner le côté farce de la pièce. A noter que même si j’aurais fort volontiers apprécié un ton plus sombre mais j’ai totalement adhéré à la proposition du metteur en scène.

UNE TÊTE D’AFFICHE AU MEILLEUR DE SA FORME

En dramaturge en panne d’inspiration à la recherche de sa gloire passée Nicolas BRIANÇON  interprète à la perfection un personnage ambigu, à la fois ouvert et sinistre. Le bonhomme semble prendre un plaisir évident à interpréter ce personnage, dont l’évolution est plus intéressante que son personnage  du très insipide LA RIVIÈRE l’année dernière. Dans le rôle du jeune auteur prometteur aspirant au même rêve de gloire que Sidney Cyril GARNIER apporte juste ce qu’il faut de fraîcheur et de candeur à son personnage. En épouse dévouée et protectrice Virginie LEMOINE est juste et attachante. Seul bémol à mes yeux le personnage interprété par Marie VINCENT, dont l’excentricité excessive n’était pas spécialement à mon goût. Pour autant en terme de comédie la comédienne est d’une efficacité redoutable.

Amateurs de thriller à rebondissements, je vous invite donc à découvrir le machiavélisme jusqu’au boutiste de ce PIEGE MORTEL. Une excellente surprise théâtrale qui allie suspense, humour et frissons fort à propos. Aussi je me joins avec insistance aux comédiens pour vous supplier, une fois le piège révélé à vos yeux ébahis, de ne pas dévoiler une once de l’intrigue. Vous êtes prévenus.

Nicolas BRIANCON est parfait en auteur désespéré dans cette farce théâtrale terriblement efficace. Click To Tweet

EN SAVOIR PLUS
A l’affiche jusqu’au 06/05/17 au Théâtre La Bruyère.
De Ira Levin.
Avec Nicolas Briançon, Cyril Garnier, Virginie Lemoine, Marie Vincent, Damien Gajda.
Mise en scène Anne Bourgeois, Sonia Sariel.
Durée : 1h35.

Représentation du 28/01/17.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.