Nos Amis Les Humains
Samantha, une dresseuse de tigre se retrouve emprisonnée dans une cage de verre avec Raoul, un scientifique bougon, bavard et misanthrope. Et si l'humain se retrouvait dans une cage, comme un hamster... observé, nourri et testé. Confrontés à cette situation inédite ils vont devoir se supporter et s'affronter dans une comédie qui provoque rires et réflexions sur notre condition d'humains.
3.0SIMPLISTE

Plus de dix ans que NOS AMIS LES HUMAINS n’avait pas été jouée au théâtre. Adaptée sous la forme d’une nouvelle éponyme de Bernard WERBER (que je n’ai pas lu), cette pièce est un vrai ovni tant sur la forme que sur le fond. Pour cette première au Palais des Glaces, en présence de l’auteur lui-même et d’un public tout acquis à sa cause, on retrouve les délires métaphysiques de l’auteur et ce mélange habituel de philosophie et de science-fiction qui a fait son succès. Une pièce pas dénuée d’intérêt (WERBER malgré ses défauts a le mérite de faire réfléchir) qui tente de répondre à une question du BAC : l’humanité mérite-t-elle d’être sauvée ? Vous avez 4 heures.

WERBER FAIT DU WERBER

Comme beaucoup j’ai déjà lu du WERBER (la fameuse trilogie évidemment) et comme beaucoup je suis resté hermétique à ses derniers ouvrages. Il a tendance à recycler ses thèmes de prédilections (ses obsessions ?) que sont la métaphysique, la mythologie ou la philosophie sur fond de science-fiction. NOS AMIS LES HUMAINS n’échappent pas à la règle. Au contraire elle la transcende ! C’est ainsi que la pièce débute sur un postulat original : deux personnes qui ne se connaissent pas et que tout oppose (mais comme on le verra les opposés s’attirent) se réveillent seuls dans une grande cage de verre. Ou sont-ils ? Comment sont-ils arrivés là ? Qu’attend-on d’eux ?  Autant de questions qui font écho à la célèbre maxime sur le sens de la vie : qui sommes nous, d’où venons-nous, où allons-nous ?  Vaste sujet ! Rapidement ils apprennent qu’ils sont les derniers représentants de leur espèce…

UNE RÉFLEXION PAS ININTÉRESSANTE MAIS SIMPLISTE

Les personnages se lancent alors dans un échange prolixe sur l’intérêt de la préservation de l’espèce humaine, enfonçant des portes ouvertes et enchaînant poncifs sur poncifs. Et c’est là le reproche principal que je ferais à la pièce. En plus de certaines références un peu datées (la télé-réalité par exemple) le niveau du débat se résume bien souvent à des banalités. Et si c’est le procès de l’humanité qui se joue dans cette pièce, les arguments, qu’ils soient de la partie civile ou de la défense, me semblent souvent bien pauvres. Sans doute ces réflexions étaient-elles judicieuses et avant-gardistes il y a 13 ans mais en 2016 elles n’ont rien de bien exceptionnelles et surtout n’apportent ni réponses ni solutions. Elles ont néanmoins le mérite de mettre certaines contradictions en relief.

JEAN-CHRISTOPHE BARC CUMULE

Heureusement que la narration est ponctuée de nombreuses notes d’humour, mises en valeur par l’interprétation impeccable de Jean-Christophe BARC. Le bonhomme connaît bien le texte de WERBER puisqu’il interprète ce personnage depuis sa création (et qu’il en assure accessoirement la mise en scène, plutôt discrète et sans artifice), il y est donc très à l’aise, d’un grand naturel et d’une vraie présence comique. Magali BROS lui donne la réplique sans faire d’étincelles et s’approprie convenablement un rôle moins intéressant que celui de son comparse. Un couple de théâtre qui se connaît bien puisque les deux comédiens ont déjà joué ensemble (notamment dans ROMAN PHOTO, une petite comédie que j’ai vu bien avant la création de ce blog). A noter que BARC ne chôme pas : il enchaîne 25 minutes plus tard au Théâtre Daunou dans L’AMOUR SUR LE NET !

En résumé, si son originalité étonne et que son propos interroge, on regrettera l’accumulation de poncifs et le côté simpliste de certaines réflexions : j’aurais aimé y voir plus de profondeur. Finalement je suis un peu resté sur ma faim. Pour autant j’invite chacun, lecteurs de l’auteur ou non, à la découvrir pour se faire sa propre opinion, la pièce, tout comme l’auteur, ne laissant pas indifférent. Sachez qu’il existe également un film, NOS AMIS LES TERRIENS, inspiré par la pièce et réalisé par WERBER lui-même. Tout un programme.

EN SAVOIR PLUS
A l’affiche jusqu’au 31/12/16 au Palais des Glaces.
De Bernard Werber .
Avec Magali Bros, Jean-Christophe Barc.
Mise en scène Jean-Christophe Barc, Karine Letellier .
Durée : 1h20.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Specify Facebook App ID and Secret in Super Socializer > Social Login section in admin panel for Facebook Login to work

Specify GooglePlus Client ID and Secret in Super Socializer > Social Login section in admin panel for GooglePlus Login to work

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.